3 conseils importants pour améliorer vos photos de rue et de voyage

La première chose que Daido Moriyama, le célèbre photographe japonais, dit à ceux qui lui demandent un conseil est la suivante : « sortez de chez vous ». La seconde, c’est : « Oubliez tout ce que vous avez appris au sujet de la photographie pour le moment, et déclenchez ». Voici la citation complète :

The first thing I always tell anyone who asks me for advice is : get outside. It’s all about getting out and walking. That’s the first thing. The second thing is, forget everything you’ve learned on the subject of photography for the moment, and just shoot. Take photographs of anything and everything, whatever catches your eye. Don’t pause to think. — Daido Moriyama

(Traduction : La première chose que je dis quand on me demande un conseil est la suivante : sortez de chez vous. Tout part de là, sortir dehors et marcher. C’est la première chose. La seconde chose c’est : oubliez tout ce que vous avez appris au sujet de la photographie pour le moment, et déclenchez. Prenez des photos de tout et n’importe quoi — tout ce qui attire votre œil. Ne vous arrêtez pas pour réfléchir.)

Si vous voulez prendre des photos intéressantes, vous devez sortir de chez vous. Plus vous passerez de temps sur le terrain, à marcher dehors avec votre appareil photo, et plus vous trouverez des sujets, des situations, des détails, ou des lumières intéressantes.

Peu importe que ce soit dans votre quartier ou à l’autre bout du monde, dehors il se passe toujours quelque chose de nouveau ; quelque chose d’intéressant ; quelque chose qui vous inspirera ; quelque chose que vous pourrez photographier.

Sortir est obligatoire, mais pas nécessairement suffisant. Si vous voulez prendre des photos intéressantes lors de vos sorties, il y a trois choses auxquelles vous devez faire attention :

1 – Soyez ouvert et à l’écoute

La première chose à faire lorsque vous marchez avec votre appareil photo, c’est de le faire avec une certaine intention, un certain état d’esprit. Marcher avec votre appareil autour du cou — ou pire, au fond de votre sac à dos — ne suffit pas. Vous devez être à l’affut d’opportunités.

Peu importe l’endroit où vous êtes et ce que vous faites, vous pouvez trouver des choses intéressantes à photographier si vous ouvrez l’œil.

Comme le dit Saul Leiter : « Ce n’est pas l’endroit où vous êtes ni ce dont il s’agit qui est important, mais la façon dont vous le voyez. »

It is not where it is or what it is that matters, but how you see it — Saul Leiter

En plus d’être à l’affut, vous devez également rester ouvert, c’est-à-dire éviter au maximum d’anticiper ou d’avoir des aprioris sur ce que vous allez photographier et ce qu’il va se passer autour de vous.

I simply looked at the world, not really prepared for anything. — Saul Leiter

(Traduction : je regardais simplement le monde, sans être préparé à quoi que ce soit.)

Lorsque vous êtes sur le terrain, vous devez ouvrir l’œil et écouter votre instinct ; et quand vous ressentez cette étincelle qui vous pousse à prendre une photo, déclenchez sans réfléchir ni vous poser de questions.

C’est ce que j’explique dans mon livre L’art de l’éditing. Sur le terrain, vous photographiez à l’instinct, et c’est ensuite, devant l’écran de votre ordinateur, que vous décidez de conserver ou d’écarter telle ou telle photo.

2 – Oubliez votre matériel

La seconde chose importante, c’est d’oublier votre matériel. Pas de l’oublier à la maison, mais de ne pas y penser — ou en tout cas le moins possible — au moment où vous prenez une photo.

Lorsqu’un sujet ou un évènement se présente devant vous, vous devez être capable de le photographier rapidement. S’il vous faut trois minutes pour régler votre boitier avant de le photographier, il y a de fortes chances que votre sujet ait disparu avant que vous n’ayez le temps de déclencher ; et même s’il est encore là, il vous aura remarqué et la photo que vous prendrez sera alors moins naturelle.

Vous devez donc apprendre à régler rapidement votre appareil photo ou même, encore mieux, à le pré-régler de manière à être ultra-réactif en cas d’évènement imprévu.

Vous serez ainsi capable de créer des images naturelles, et éviterez de rater des occasions uniques, souvent sources de photos intéressantes.

3 – Osez photographier les inconnus

Le dernier point important est d’apprendre, ou plus exactement oser — car c’est souvent la peur qui nous bloque — photographier des inconnus dans la rue.

Partout dans la rue il y a des gens, et c’est souvent eux qui donnent de l’intérêt aux photos que vous pourriez prendre quand vous voyagez ou vous baladez en ville.

Vous devez être capable d’être discret, et photographier un passant sans vous faire repérer ; mais vous devez aussi apprendre à aborder un inconnu, pour le prendre en photo de manière plus classique — comme si vous réalisiez un portrait.

Ajouter de l’humain à vos photos leur donnera un tout autre intérêt, une toute autre dimension, je peux vous l’assurer.

Comment vous améliorer ?

  1. Ouvrez l’œil et écoutez votre instinct,
  2. Sachez régler et oublier votre matériel, et
  3. Osez photographier ou aborder les inconnus.

Ces trois conseils sont en réalité liés.

Par exemple, en ouvrant l’œil et en écoutant votre instinct, vous comprenez que c’est cette personne assise en terrasse de l’autre côté de la rue qui donne tout son intérêt à la photo que vous avez envie de prendre. Vous devez alors oser la photographier. C’est alors votre maitrise technique, et votre capacité à agir rapidement, qui vous donne le courage de l’aborder et de lui proposer cette photo — car vous savez que vous ne la dérangerez pas longtemps, et que le résultat obtenu vaudra bien l’effort nécessaire pour sortir de votre zone de confort.

Si vous avez les trois, l’instinct, la technique et le courage, vous serez capable de prendre des photos intéressantes où que vous soyez. Votre vision — et votre pratique — de la photo changeront alors complètement :

Pas besoin de dépenser des sommes folles pour voyager à l’autre bout du monde, inutile d’assister à des évènements extraordinaires, oubliez les modèles que vous payez pour poser pour vous. Si vous avez l’instinct, la technique et le courage, il vous suffira de sortir de chez vous pour créer des images intéressantes — même si c’est toujours dans le même quartier.

La bonne nouvelle, c’est que ces trois compétences peuvent être entrainées. Vous pouvez les améliorer. Vous pouvez développer votre instinct, votre technique et votre courage, et c’est ce que j’enseigne aux élèves de mes workshops.

Si vous avez du mal à trouver des sujets intéressants et ne savez pas quoi photographier ni comment le faire ; si vous ne maitrisez pas encore parfaitement votre boitier, et que vous doutez parfois de vos réglages ; si vous n’osez pas photographier les inconnus dans la rue et passez à côté d’innombrables opportunités de photos intéressantes…

Je vous conseille de participer à l’un de mes workshops.

Ainsi, ensemble et sur le terrain, nous travaillerons tout ça.

Participer à un workshop, c’est la meilleure façon d’améliorer vos photos tout en passant un super moment avec d’autres photographes passionnés et habitants votre région.

Pour cette année, il ne reste plus qu’une place pour le stage de Paris (3 et 4 octobre) et une place pour celui de Lyon (10 et 11 octobre).

Premier arrivé, premier servi. Si l’une de ces villes vous intéresse, si vous voulez vous inscrire, ne tardez pas. Voici le lien : Les Workshops de Nicolas Croce.

Si les dates ou les villes de cette année ne vous conviennent pas, vous pouvez vous inscrire gratuitement pour être tenu au courant des futurs workshops que j’organiserai — probablement dès le printemps prochain, mais dans des villes différentes. Inscrivez-vous ici, en utilisant le formulaire situé en bas de la page.

Enfin, pour ceux qui sont déjà inscrits, rendez-vous dans deux semaines sur le terrain. Il me tarde de vous rencontrer ! Ça va être un moment génial, vous verrez.

Copy link
Powered by Social Snap