Temps de lecture : 3 minutes

Il était une fois, dans une royaume fort fort lointain, du temps ou les preux chevaliers affrontaient ogres, dragons et autres sorcières maléfiques, une jeune demoiselle qui se prénommait Jeanne.

Curieuse de nature, Jeanne avait quitté sa famille, et depuis, parcourait le monde en quête de nouvelles découvertes.

Un jour, elle arriva aux portes d’une petite ville qu’elle ne connaissait pas. A peine fut elle entrée, qu’elle remarqua quelque chose d’inhabituel :

Les gens avaient tous l’air triste. Ils marchaient la tête baissée. Ne parlaient pas. N’échangeaient aucun regard.

Intriguée, elle se dirigea vers le premier passant, un homme d’un certain âge, qui s’aidait de sa canne pour se déplacer.

– Pourquoi tout le monde a-t-il l’air triste dans ce village, demanda Jeanne ?

– C’est parce que c’est le jour du géant, lui répondit le vieux monsieur.

– Le jour du géant ?

– Oui, aussi loin que je me souvienne, chaque année, le même jour, et à la même heure, le géant vient nous rendre visite. Il se place derrière la muraille, et demande à ce qu’une personne vienne l’affronter en face à face.

– Et que ce passe-t-il ?

– Toujours la même chose, malheureusement : un villageois se dévoue, sort par la porte principale, et attend l’arrivée du géant. Quand il le voit arriver, tellement grand et tellement fort, il reste comme pétrifié devant la porte, et n’arrive même pas à bouger pour se défendre!

Jeanne, toujours curieuse, demande :

– Et, comment peut-on voir ce géant ?

– Malheureusement, la seule façon de le voir, est de franchir la porte de la cité, pour aller l’affronter.

Jeanne, malgré le danger certain, mais avide de nouvelles découvertes, décide qu’elle irait elle même affronter le géant.

16h00

Comme chaque année, à la même heure, une voix grave et puissante retentit de par derrière la muraille de la ville :

“Que quelqu’un sorte de cette cité, et vienne m’affronter en face à face, ainsi, je ne ferai aucun mal aux autres habitants de ce village”

Jeanne, terrorisée par la voix du géant, n’a pas d’autre choix que de s’exécuter. La porte principale de la muraille s’abaisse devant elle. Elle fait quelques pas. Elle comprend qu’elle ne peut plus reculer en entendant la porte se refermer derrière elle.

Devant elle, une immense clairière. Et, à la lisière du bois voisin, elle aperçoit le géant.

Il a l’air immense. Peut-être 4 ou 5 mètres de haut.

Elle est pétrifiée par la peur, et comprend qu’elle n’a absolument aucune change de le vaincre.

Le géant commence à avancer vers elle. Jeanne prend son courage à deux mains, et c’est d’un pas tremblant et hésitant, qu’elle avance elle aussi en direction du géant.

Après quelques mètres, elle s’aperçoit qu’en réalité le géant ne mesure pas 5 mètres de haut, mais plutôt 3 mètres. Peut-être une illusion d’optique le faisait paraitre plus grand que ce qu’il n’était en réalité. 3 mètres, c’est encore deux fois plus grand que Jeanne. Mais son pas devient un peu moins hésitant, et elle continue à avancer doucement.

Elle à maintenant l’impression que le géant n’est pas si géant que cela. Un homme costaud, certes, mais qui mesure en réalité 2 mètres. Toujours un adversaire redoutable, mais elle entrevoit une chance d’arriver à se défendre.

Son pas s’accélère, et plus elle se rapproche, plus le géant semble petit.

Il mesure en réalité 1m50. Il est plus petit qu’elle! Confiante en ses capacités, elle comprend maintenant que la victoire est à portée de main, elle commence à courir en direction du géant.

Et il rétrécit encore. 1m20 maintenant. Elle est certaine de le battre!

Elle court toujours, un grand sourire illumine son visage. Et le géant rétrécit encore!

Lorsqu’elle arrive au niveau du géant, il est assez petit pour tenir dans sa main. Elle a juste le temps de lui poser une question avant qu’il ne disparaisse dans le creux de sa main :

– Mais qui es-tu ?

– Je suis ta peur, Jeanne.

La peur fait partie de la nature humaine. Nous avons tous peur. Peur de l’inconnu, peur que notre petit monde change, peur de perdre notre confort, peur de l’échec, peur du regard des autres, peur de ne pas être à la hauteur, peur de la réussite même.

La peur est ce qui nous empêche de vivre nos rêves.

La peur est l’unique barrière qui nous sépare de la liberté et du bonheur.

Ayez le courage d’affronter vos peurs, comme Jeanne à osé défier le géant, et votre vie changera.

Vous découvrirez alors que vos peurs sont souvent infondées, et les obstacles relativement faciles à surmonter.

A lire sur le sujet : Lead with a story – Paul Smith (AmazoniTunes)

Vous avez aimé ? Dites-le moi ou partagez avec vos proches. Pensez également à vous abonner à la newsletter pour recevoir les prochains articles.

Les membres Premium peuvent discuter de cet article sur le forum de la communauté Premium.