Il y a quelques années, j’étais moniteur de voile — je formais les débutants — et entraineur d’une équipe de jeunes qui naviguaient au niveau national.

Cette double casquette me permettait de côtoyer tous les niveaux, du parfait débutant qui montait sur un bateau pour la première fois, à des personnes plus expérimentées qui naviguaient depuis de nombreuses années.

A cette époque, j’aurais pu deviner le niveau d’un inconnu qui naviguait seulement en regardant la direction de sa tête pendant quelques minutes.

Les débutants passaient plus de 90% du temps à regarder leur bateau, alors que les plus expérimentés passaient 90% de leur temps à regarder à l’extérieur du bateau : les rafales de vent, les zones sans vent, les vagues, leurs adversaires, etc.

Quand ils naviguent, les débutants se concentrent sur la technique et la vitesse de leur bateau. En progressant, les pratiquants expérimentés n’ont plus besoin de se concentrer sur la technique. Ils ont assez pratiqué pour que cela devienne un automatisme. Ils peuvent se concentrer sur ce qui est le plus important : la tactique et la stratégie.

En tant qu’entraineur, c’était mon rôle de permettre aux débutants de sortir la tête du bateau et de s’intéresser de plus en plus à ce qui se passe autour d’eux.

J’y arrivais en leur proposant des exercices spécifiques, en les faisant répéter des manoeuvres et en les forçant à pratiquer régulièrement.

La progression d’un photographe suit exactement le même schéma.

  1. Vous devez comprendre les notions techniques fondamentales de la photo
  2. Vous devez les mettre en application sur le terrain, en pratiquant des exercices spécifiques
  3. Vous devez pratiquer régulièrement, pour internaliser la technique et le maniement de votre appareil — jusqu’à ce que cela devienne un automatisme.
  4. Ensuite, et ça vient assez rapidement, il faut oublier la technique.

« Quoi ? Oublier ce que j’ai mis des mois à apprendre ? »

Oublier n’est pas le terme exact. Ce que je veux dire par là c’est que vous ne devez pas vous focaliser sur la technique.

La technique doit rester un outil, pas une fin en soit. Ça n’aurait aucun sens.

Dès que vous avez les bases suffisantes, vous devez faire en sorte de moins penser à la technique et de vous concentrer sur ce qui est réellement important : votre sujet, le message que vous voulez exprimer, la composition de votre image, etc.

Vous devez oublier votre appareil et vous concentrer sur ce qui se trouve devant votre objectif.

Côté technique, c’est la bonne nouvelle, il n’y a pas 10 000 choses à apprendre :

  • Vous devez comprendre comment tenir votre appareil photo correctement et apprendre à le manipuler.
  • Vous devez apprendre comment faire une mise au point correcte et à l’endroit où vous le désirez.
  • Vous devez comprendre le triangle de l’exposition et savoir utiliser les différents modes de votre appareil photo (A, S et M notamment).
  • Vous devez être capable de réussir l’exposition de vos photos, même quand les conditions de luminosité sont difficiles, mais aussi de jouer avec cette exposition selon vos besoins (retranscrire une ambiance triste en sous-exposant volontairement une photo par exemple).
  • Enfin, vous devez maitriser le flou : être capable de l’éviter ou, au contraire, l’utiliser de manière créative (pour, par exemple, retranscrire un mouvement — grâce au flou de mouvement — ou encore isoler un sujet de son arrière plan — grâce au flou de profondeur de champ).

Manipuler votre appareil, faire la mise au point, régler votre appareil, maitriser l’exposition et contrôler le flou. 5 choses à apprendre seulement.

Si vous maitrisez ces 5 points, vous êtes capable de réussir toutes vos photos.

Si pour vous ces 5 points sont parfaitement acquis, c’est le moment d’oublier la technique.

Je ne rigole pas : si vous les maitrisez, passez à autre chose !

Intéressez-vous à la composition, étudiez les grands photographes, copiez le travail d’artistes qui vous inspirent…

Mais arrêtez de vous focaliser sur la technique. Vous en savez assez. Vous n’allez pas y passer toute votre vie !

Si par contre ce n’est pas le cas, si vous ne maitrisez pas parfaitement ces 5 points, revenez à la technique avant de vous intéresser à d’autres sujets.

Vous devez maitriser parfaitement ces bases techniques avant de passer à la suite.

Voici ce qu’il vous reste à faire :

  1. Apprenez ou révisez la théorie,
  2. assurez vous d’avoir bien compris chacune de ces notions,
  3. puis mettez-les en pratique grâce à des exercices spécifiques et une pratique régulière.

En quelques mois vous maitriserez tout cela et pourrez avancer.

C’est aussi simple que ça.

Mais, tout comme les navigateurs débutants, et pour passer cette étape efficacement, vous avez besoin d’un entraineur qui vous explique chacune de ces notions et vous propose des exercices spécifiques.

Je suis là pour ça. J’ai déjà aidé des centaines de photographes à passer cette étape, et j’ai créé la formation « Sortir du mode auto et réussir toutes vos photos » justement pour vous permettre d’apprendre toutes ces bases techniques dont vous avez besoin pour progresser : manipuler votre appareil, faire la mise au point, régler votre appareil, maitriser l’exposition et contrôler le flou.

Tout ces points y sont abordés et expliqués simplement et sans langage technique.

8 semaines de formations — à faire à votre rythme, selon le temps que vous pouvez consacrer à la photo chaque semaine — une vingtaine d’exercices pour mettre en application ce que vous apprenez, la possibilité de me poser vos questions si jamais vous avez du mal à comprendre quelque chose et, en quelques mois, vous serez enfin capable de réussir techniquement toutes vos photos.

Voici le lien pour vous inscrire : Sortir du mode auto et réussir toutes vos photos

Faites-le dès maintenant : en plus de mes conseils, vous profiterez d’une réduction exceptionnelle de 25% qui n’est valable que jusqu’à samedi.

Vous avez aimé ? Alors pensez à vous abonner à ma newsletter pour recevoir par email les prochains articles que je publierai ainsi que mes conseils pour améliorer vos photos et vivre à fond votre passion — Nicolas Croce