Découvrez ma newsletter : Summum Humanum

  • Chaque matin, une dose de motivation et d’inspiration livrée directement dans votre boite mail.
  • Des conseils, des idées et des réflexions qui feront de vous de meilleurs créatifs et de meilleurs humains.
  • Fondé en 2012. Amélioré chaque jour. Suivi par des photographes, des auteurs, des designers, des entrepreneurs, des influenceurs, des graphistes et des milliers d’autres esprits créatifs.
  • Rejoignez une communauté de créatifs passionnés et motivés, au travers de discussions en ligne.

En vous abonnant, vous profitez de tous ces avantages et m'aidez en soutenant mon travail !

En savoir plus...

Apprenez tout puis oubliez ce dont vous n’avez pas besoin

Si vous débutez en photographie, il est important que votre apprentissage soit aussi large que possible. Même si vous rêvez d’être photographe de rue, intéressez-vous aux portraits, aux photos de paysage, à l’usage d’un flash en studio, etc.

Les techniques que vous découvrirez dans chaque spécialité ouvriront votre champ des possibles. Elles vous fourniront des outils que vous pourrez ensuite utiliser — ou parfois détourner — dans vos propres créations.

La photographie en pose longue est un bon exemple de ce principe-là. Même si vous n’aimez pas le rendu des poses longues sur les paysages, même si vous trouvez cela trop artificiel, je vous conseille quand même de vous y intéresser, de pratiquer ces techniques pendant quelques mois, et de comprendre comment créer ces images.

Pourquoi ? Tous simplement parce que pour réussir ce type de photos vous serez obligé de jouer avec les vitesses d’obturations, et acquerrez ainsi une excellente maitrise de ce paramètre. Vous saurez régler votre boitier, vous comprendrez les difficultés liées à trop ou trop peu de lumière, vous aurez une bonne notion du rendu que vous obtiendrez avec telle ou telle vitesse d’obturation, etc.

Même si vous ne vous spécialisez jamais dans la pose longue, vous pourrez utiliser ces techniques dans d’autres disciplines — les portraits, la photo de rue, etc.

Quand j’ai écrit mon livre La Pose Longue, je faisais beaucoup de ce type de photos. Aujourd’hui, j’en fais très peu, mais cette compréhension de la vitesse d’obturation et son effet sur le rendu des mouvements m’aide beaucoup — j’utilise souvent le mouvement comme « couche d’abstraction » sur mes photos :

Au cours de votre apprentissage, vous apprendrez beaucoup de choses dont vous n’aurez pas l’usage dans votre pratique quotidienne, mais ces notions sont importantes. Même si c’est indirectement, elles vous aideront.

Ne faites pas l’erreur d’écarter une pratique sous prétexte que ce n’est pas ce que vous voulez faire plus tard — elle a peut-être beaucoup à vous apprendre. N’y passez pas des années, mais prenez le temps de découvrir et de comprendre.

Apprenez tout puis oubliez ce dont vous n’avez pas besoin.

Si vous avez aimé cet article, vous adorerez ma newsletter : Summum Humanum.