L'essentiel de la photographie

Déjà plus de 20 000 lecteurs !

Ce livre est à la fois simple, clair et sans langage technique. Parfaitement adapté aux photographes débutants, il vous aidera à comprendre le triangle de l’exposition et à sortir du mode auto de votre appareil photo. Les exercices qu’il propose vous permettront de mettre en pratique la théorie sur le terrain.

À lire puis à garder à portée de main pour vous remémorer les bases essentielles de la photo.

En savoir plus...

Chemin dans la forêt

Notre cerveau ressemble à une forêt dans laquelle il y a des chemins. Lorsque vous faites quelque chose pour la première fois — vous essayez de prendre une nouvelle habitude, vous pratiquez une nouvelle activité, vous changez volontairement un trait de votre comportement, etc. —, c’est comme si vous deviez défricher la forêt pour y tracer un chemin : c’est long et difficile.

Si le chemin était déjà tracé, il ne vous faudrait qu’un instant pour parcourir ces quelques mètres, mais la forêt est dense — plus vous êtes âgé et plus elle se densifie —, alors vous devez faire de gros efforts.

La seconde fois que vous empruntez ce même chemin, il s’est presque entièrement refermé — c’est comme si vous n’étiez jamais passé par là. Il vous faut à nouveau beaucoup d’efforts pour arriver à destination.

Si vous continuez à emprunter ce chemin régulièrement, il sera de mieux en mieux marqué, et après un certain nombre de passages, il sera parfaitement défini et facile à emprunter.

C’est exactement ce qu’il se passe dans votre cerveau, sauf que les chemins ne sont pas ouverts à la hache comme dans la forêt, mais par l’intermédiaire de la Myéline.

La Myéline est une membrane qui s’enroule autour des axones des neurones pour faciliter ou accélérer la transmission des informations. Plus un chemin neuronal est emprunté, plus la gaine de Myéline s’épaissit, et plus la transmission s’accélère.

Ceci explique pourquoi il est si difficile de démarrer une nouvelle activité ou de prendre une nouvelle habitude : il faut ouvrir un chemin qui n’existe pas encore, puis repasser régulièrement pour qu’il reste ouvert.

Si vous n’empruntez pas régulièrement un chemin, il vous faudra du temps pour l’ouvrir à nouveau, car à chaque fois la végétation reprend ses droits. Il est donc important, quand vous essayez de prendre une nouvelle habitude ou découvrez une nouvelle activité, de pratiquer très régulièrement.

Même un chemin très bien marqué pourra se refermer s’il n’est pas emprunté pendant longtemps. Arrêtez de faire du sport pendant 6 mois et vous devrez faire beaucoup d’efforts pour reprendre cette habitude — le temps de réouvrir le chemin correspondant.

Cette capacité qu’a un chemin même très bien marqué de se refermer est à la fois un avantage et un inconvénient. Un inconvénient, car vos bonnes habitudes ou vos compétences peuvent disparaitre si vous ne les entrainez pas régulièrement. Un avantage, car vos mauvaises habitudes peuvent elles aussi disparaître : si vous arrêtez d’emprunter le chemin correspondant, il se refermera.

Si un chemin existe, c’est qu’un jour vous avez eu besoin d’aller d’un point A à un point B, et vous avez créé le chemin qui vous semblait le plus logique à ce moment là. Vous étiez stressé, vous avez pris une cigarette, puis une autre, et rapidement le chemin était créé. Aujourd’hui, quand vous êtes stressé, vous prenez une cigarette.

Si vous voulez changer cette habitude, le plus efficace est de créer un chemin alternatif pour aller du même point A au même point B. Lorsque vous êtes stressé, allez courir ou marcher dans la nature, c’est aussi efficace que la cigarette pour diminuer votre anxiété, mais bien meilleur pour votre santé.

Bien entendu, ce n’est pas aussi simple que cela. Etant donné que les deux chemins partent du même point, à chaque fois que vous serez confronté au même déclencheur (le stress dans notre exemple) vous aurez deux chemins face à vous : celui correspondant à votre ancienne habitude, bien marqué et facile à emprunter, et celui correspondant à votre nouvelle habitude, que vous distinguez à peine dans la végétation. Vous aurez toujours tendance à préférer le chemin le mieux marqué, et il faudra faire des efforts considérables pour emprunter l’autre chemin — surtout si vous êtes fatigué ou n’avez pas le moral, car vous manquerez de motivation.

Si vous êtes discipliné, à force d’emprunter le nouveau chemin et de délaisser l’ancien, le premier sera de plus en plus facile à emprunter, alors que le second s’effacera. Bientôt, le nouveau chemin deviendra le chemin par défaut. Votre bonne habitude aura remplacée la mauvaise.

Notre caractère — notre façon de voir le monde, d’interagir avec lui, de réagir aux évènements, aux difficultés, etc. — est constitué d’un réseau de chemins souvent créés dès l’enfance. Vos parents ne vous portez aucune attention, vous avez remarqué qu’en vous mettant en colère vous attiriez leur attention, et le chemin était créé. Aujourd’hui, vous vous mettez souvent en colère, c’est une façon pour vous d’attirer l’attention, de montrer que vous existez.

Ce sont des milliers de chemins comme celui-ci qui forgent notre caractère et commandent nos réactions, le plus souvent sans que nous n’en ayons conscience.

Plus un chemin est ancien, plus il lui est difficile de se refermer. C’est pour cette raison que les habitudes que nous avons prises au cours de notre enfance sont très difficiles à faire disparaitre — quasiment impossible en réalité.

Si vous pensez qu’il suffit de quelques efforts pour modifier votre caractère, vous vous trompez. Si vous pensez que rien n’est gravé dans le marbre et que vous pouvez facilement transformer votre caractère, vous vous trompez encore. Dénigrer votre véritable nature est la plus grosse erreur que vous puissiez faire, car même si vous n’en avez pas conscience, elle réapparaitra — souvent de manière inconsciente — et vous posera beaucoup de problèmes.

Une meilleure solution est au contraire d’accepter votre véritable nature et de l’étudier — de comprendre la personne que vous êtes, de repérer vos points forts et vos faiblesses.

Une fois que vous connaitrez vos faiblesses, vous ne devez pas les masquer ou essayer de les éliminer —ça demanderait trop de travail —, mais au contraire vous en servir.

Comprenez bien ceci : ces traits de caractère font partie de votre nature. Il est impossible de les faire disparaitre ou de les dissimuler sans porter atteinte à la personne que vous êtes. Vous pouvez modifier une habitude (fumer par exemple), mais pas un trait de caractère (le fait que vous soyez introverti par exemple).

Si vous essayez de devenir extraverti alors que vous êtes introverti, ça ne fonctionnera pas. Même si vous arrivez à faire semblant, au plus profond de vous, vous sentirez un déséquilibre qui vous empêchera de vous épanouir et, régulièrement, votre véritable caractère refera surface et sabotera — souvent de manière inconsciente — tous vos plans et vos espoirs de réussite.

Plutôt que de vous battre contre votre véritable nature, mieux vaut donc l’accepter. Accepter vos faiblesses et les transformer en avantages.

Je suis plutôt introverti et c’est pour cette raison que je préfère écrire plutôt que de faire le guignol devant une caméra sur une chaine Youtube. Passer des heures à écrire et faire des recherches est assez facile pour moi, bien plus facile que de passer ce temps dans un environnement où il y a beaucoup de monde par exemple. Sachant cela, plutôt que de compter sur le marketing et le spectacle pour promouvoir mes produits, je préfère tout miser sur la qualité de mes créations — je mise ainsi sur mon introversion, que je transforme en avantage.

Ça ne m’empêche pas de travailler sur mes faiblesses. Je passe des heures à photographier des inconnus dans la rue, à me mettre dans des situations difficiles, à sortir de ma zone de confort, pour être de plus en plus extraverti (et aujourd’hui j’y arrive), mais je sais que j’aurais toujours plus de succès et de facilité en acceptant mon caractère et en m’y adaptant, plutôt qu’en niant la vérité ou en combattant ma véritable nature.

Etudiez votre caractère, comprenez quelles sont vos faiblesses et transformez-les en avantages. C’est la meilleure façon de réussir tout en étant épanoui.

« For each weakness there is a corresponding strength. » — Robert Greene, The laws of human nature

(Traduction : À chaque faiblesse correspond une force.)