Ne prenez pas une photographie au pied de la lettre

De nombreux parallèles peuvent être faits entre la photographie et l’écriture.

Au niveau de la pratique, les deux sont proches. Quand je conçois un livre par exemple, mon flux de travail ressemble beaucoup à celui que j’utilise lors de l’editing de mes photos.

Mais le parrallèle le plus intéressant, c’est celui qu’on peut faire entre la construction d’un texte et la composition d’une image.

En litérature, il existe de nombreuses figures de style, qui nous permettent de modifier le langage ordinaire pour le rendre plus expressif.

  • L’hyperbole : elle exagère l’expression d’une idée pour la mettre en relief et laisser une impression forte chez le lecteur.
  • L’allégorie : qui nous permet de représenter des valeurs abstraites avec des images concrètes.
  • La personification : elle attribue des caractéristiques humaines (coportements, sentiments, ou pensées) à des entités abstraites (objets, animaux, lieux, etc.)
  • La métaphore : elle est fondée sur l’analogie, et désigne une chose par une autre qui lui ressemble ou partage avec elle une qualité essentielle.
  • Etc.

Beaucoup de ces figures de style vous seront utiles en photographie.

Vous pouvez les employer pour améliorer la composition de vos photos, bien entendu, mais vous pouvez aussi les utiliser pour décrypter et mieux comprendre le travail des autres photographes.

En d’autres termes : ne prenez pas une photographie au pied de la lettre.

Les meilleurs photographes — tout comme les meilleurs auteurs — utilisent le langage ordinaire, mais l’agrémentent de figures de style pour le transformer, le rendre plus expressif, lui donner un sens caché.

Une œuvre photographique, si elle fonctionne, a probablement une signification plus profonde que l’image qu’elle représente.

(Joel Meyerowitz est l’un de mes photographes préférés. En 2015, il a créé un blog et y a publié une photo par jour pendant un an. En le découvrant, je me suis souvenu des mots de Sénèque, le philosophe stoïcien : « Tu dois choisir un nombre limité de maitres-penseurs, et te nourrir de leur génie, si tu veux en tirer des idées qui resteront ancrées dans ton esprit. ». J’ai alors décidé de lire l’intégralité du blog de Joel Meyerowitz, en prenant mon temps, et de partager avec vous toutes les idées que cette lecture pourrait faire naitre dans mon esprit. C’est ainsi qu’est né le projet « A second time around the sun », dont l’article que vous venez de lire fait partie. L’intégralité du projet est à votre disposition ici : a second time around the sun.)

Copy link
Powered by Social Snap