Aujourd’hui, nous vivons une époque de transition entre deux mondes. Comme le dit si bien Rollo May, l’ancien monde est en train de mourir, mais le nouveau monde n’est pas encore complètement né.

« We are living at a time when one age is dying and new age is not yet born. » — Rollo May, The courage to create

Dans l’ancien monde, les entreprises étaient les reines, la plupart des gens étaient des employés, et quelques personnes monopolisaient le pouvoir et défendaient farouchement leurs privilèges.

Dans le nouveau monde, tout est différent. Chaque individu peut créer ce qu’il veut, s’exprimer librement, travailler sur des projets qui le passionnent, sans devoir demander l’autorisation à personne ni dépendre d’une quelconque structure.

Pour beaucoup, ce nouveau monde est une utopie, pourtant il n’en est rien. La réalité, c’est que tout le monde peut basculer vers ce nouveau monde dès aujourd’hui. La technologie est là, elle ne nécessite que peu de connaissances techniques, elle est chaque jour plus abordable, elle est accessible quel que soit l’endroit où vous vivez, et vous pouvez vous lancer sans demander l’autorisation à qui que ce soit, ni même sortir de chez vous.

Le véritable frein à cette transition, ce n’est pas l’accessibilité, mais plutôt la peur. Pour la plupart des gens, basculer dans ce nouveau monde, c’est un peu comme s’il fallait sauter d’une falaise, noyée dans le brouillard, en faisant confiance à quelqu’un qui leur dit : « Vas-y, saute, il y a un matelas en bas, tu ne risques rien ! »

Pourtant, malgré la peur, il faut y aller. Il faut oser basculer vers ce nouveau monde. La transition n’a pas obligatoirement à être brutale. Vous pouvez utiliser des cordes pour descendre la falaise plutôt que de vous jeter dans le vide, mais vous devez commencer à avancer — et ce, dès que possible.

Si j’utilise le verbe devoir, c’est parce que c’est bien de cela qu’il s’agit : un devoir.

Aujourd’hui, en sautant de cette falaise, en basculant dans ce nouveau monde, nous avons l’opportunité de nous libérer, d’exister et de nous épanouir. Mais, plus que ces objectifs égoïstes, nous avons aussi l’opportunité de montrer la voie, d’inciter les autres à nous suivre, de les guider vers ce nouveau monde, de devenir des leaders.

Ce qui différencie l’espèce humaine des autres espèces animales, c’est la capacité que nous avons à influencer notre propre évolution, en ayant conscience de notre place dans le monde, ainsi que de l’effet qu’auront nos actions sur le futur. En refusant de sauter, vous reniez cette singularité et passez à côté d’une chance extraordinaire de créer un monde meilleur pour les générations futures.

Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’esprits créatifs, qui ont le courage de nous montrer le chemin vers un monde plus libre, plus beau et plus intéressant que celui que nous connaissons.

Si j’ai créé Summum Humanum, c’est parce que j’espère vous aider. J’espère vous guider jusqu’à la falaise ; j’espère vous encourager à sauter ; et j’espère vous aider à remonter, pour pouvoir à votre tour montrer la voie à ceux qui hésitent.

Ensemble, nous pouvons créer le futur dont nous rêvons. Un futur bien plus beau que tout ce que nous avons connu jusqu’ici.