Prenez des photos aussi souvent que possible

Dès que vous sortez, et quoi que vous fassiez, prenez votre appareil photo avec vous, et servez-vous-en.

L’objectif de cet exercice, ou plutôt de cette habitude, est d’entrainer votre œil à trouver des choses intéressantes à photographier dans des scènes banales du quotidien.

Il est encore plus difficile — et donc encore plus utile — si vous vous trouvez dans un endroit que vous fréquentez régulièrement et connaissez depuis longtemps.

Hier par exemple, alors que je promenais mon chien, j’en ai profité pour prendre quelques photos. La balade n’a duré que 10 minutes, dans un endroit où il n’y avait rien d’exceptionnel, mais j’avais mon appareil avec moi, et je m’en suis servi.

En plus d’entrainer votre œil, cette habitude vous apprendra à voir du beau dans les scènes banales du quotidien. Après quelque temps, vous serez capable de vous émerveiller là où le reste des humains « normaux » ne font que passer sans même ralentir.

Et si vous pensez que cet exercice n’est bon que pour les débutants, vous vous trompez.

« Since I began photographing in 1962, I have carried my Leica with me every day of my life, and I generally make photographs every day, but of course, there are days I don’t see anything that speaks to me. So I wanted to push myself while living in these new European conditions, to try and see something of interest in the most quotidian moments of daily life. I basically said to myself, “let nothing happen without considering it an opportunity to see freshly what I think I already know. » — Joel Meyerowitz

(Traduction : Depuis que j’ai commencé la photographie en 1962, j’emporte toujours mon Leica avec moi, et en général je prends des photos tous les jours. Bien sur, il y a des jours où rien de ce que je vois ne me parle. J’ai donc voulu me forcer, alors que je découvrais cette nouvelle vie en Europe, à voir quelque chose d’intéressant dans les moments les plus banals de ma vie quotidienne. En clair, je me suis dit : « Ne laisse rien passer sans le considérer comme une opportunité de voir avec un œil nouveau ce que tu crois déjà connaitre. »)

Joel Meyerowitz est l’un des plus grands noms de la photo. Il a écrit cette phrase le premier janvier 2015, alors qu’il démarrait son blog, Once More Around The Sun, sur lequel il a posté une photo ou plus pendant un an.

(Joel Meyerowitz est l’un de mes photographes préférés. En 2015, il a créé un blog et y a publié une photo par jour pendant un an. En le découvrant, je me suis souvenu des mots de Sénèque, le philosophe stoïcien : « Tu dois choisir un nombre limité de maitres-penseurs, et te nourrir de leur génie, si tu veux en tirer des idées qui resteront ancrées dans ton esprit. ». J’ai alors décidé de lire l’intégralité du blog de Joel Meyerowitz, en prenant mon temps, et de partager avec vous toutes les idées que cette lecture pourrait faire naitre dans mon esprit. C’est ainsi qu’est né le projet « A second time around the sun », dont l’article que vous venez de lire fait partie. L’intégralité du projet est à votre disposition ici : a second time around the sun.)

Copy link
Powered by Social Snap