Temps de lecture : 4 minutes

Chris Orwig, photographe et auteur du livre «The creative fight », s’amuse régulièrement à faire une petite expérience :

Dans une classe d’une école élémentaire, il demande aux élèves : « Combien d’entre vous peuvent dessiner ? ». A chaque fois, toutes les mains des élèves se lèvent. Il demande ensuite « Combien d’entre vous peuvent chanter ? ». La réaction est identique et de nombreux élèves commencent même à chanter immédiatement.

Quand il pose la même question a ses étudiants à l’université, seules quelques mains se lèvent à chaque question.

Pourquoi des résultats aussi différents entre ces deux groupes d’élèves ?

En grandissant, on apprend à se comparer aux autres. Les élèves plus âgés n’entendent pas la même question. Ils entendent plutôt quelque chose comme « Combien d’entre vous peuvent chanter ou dessiner correctement ? ». Et dans leur tête ils se disent : je ne sais pas dessiner si bien que ça, je ferais mieux de ne pas lever la main.

[bctt tweet=”Se comparer aux autres bloque notre créativité” username=”nicolascroce”]

En tant que créatif, vous êtes obligatoirement confronté à ce problème. Si vous comparez votre travail à celui des autres, vous limitez obligatoirement votre créativité.

Vous n’oserez jamais montrer certains de vos travaux. Vous abandonnerez certains projets de peur que les autres les trouvent ridicules. Vous arrêterez d’être créatif et plutôt que d’innover, vous finirez par copier (en moins bien) le travail des autres.

Pour éviter de tomber dans ce piège, ou si vous vous sentez déjà bloqué par le regard des autres, voici deux conseils que je peux vous donner pour essayer de surmonter ce bloquage :

1 – Ne faites pas attention aux commentaires des autres

Les commentaires que vous recevez ne sont que très rarement objectifs.

Sur les réseaux sociaux par exemple, postez un petit chat mignon et vous aurez des centaines de « Likes » et de commentaires positifs. Postez une photo très conceptuelle qui fait partie d’un projet personnel qui vous a demandé beaucoup de travail et vous aurez au mieux quelques « likes ». Pourtant la seconde photo vous aura beaucoup plus aidée à progresser que la première.

Autre exemple : les commentaires de vos proches et de votre famille. Ils seront toujours positifs. Mais ce qu’ils aiment en réalité, ce n’est pas votre travail, c’est vous.

Les commentaires que vous recevez influencent votre travail toujours de manière négative.

Si vous recevez beaucoup de commentaires positifs, ils auront tendance à vous donner la grosse tête. Vous aurez l’impression d’être « l’artiste de l ‘année ». Inévitablement, vous ferez moins d’efforts pour améliorer votre travail. Ou alors vous aurez tendance à toujours faire la même chose pour vous abreuver de ces commentaires positifs.

A l’inverse, un seul commentaire négatif peut vous démoraliser et même pousser certains à tout laisser tomber et arrêter leur projet voir même la pratique de leur passion.

En général, il vaut donc mieux ignorer les commentaires que les gens font à propos de votre travail.

Ignorez les commentaires à propos de votre travail.

Ignorez complètement les commentaires et les avis des gens à propos de votre travail, mais écoutez toujours attentivement les conseils constructifs des autres artistes que vous aimez et respectez.

2 – Tombez amoureux de votre travail

Plutôt que d’essayer d’impressionner les autres avec votre travail, concentrez vous sur votre travail en lui même. Tombez amoureux de votre travail.

Imaginez que vous soyez un alpiniste. Pour impressionner les autres, vous allez vouloir arriver en haut d’une montagne. Une fois que vous y serez, il vous faudra une montagne plus haute pour être heureux et impressionner tout le monde. Puis une autre encore plus haute. Et un jour vous serez en haut de l’Everest. Et ensuite quoi ? Il n’y a pas plus haut… Vous faites quoi maintenant ?

En voulant impressionner les autres, vous vous concentrez sur le résultat. Pour l’alpiniste, le résultat c’est arriver en haut de la montagne. Pour le photographe, c’est devenir célèbre, ou gagner beaucoup d’argent, ou encore avoir beaucoup de likes sur les réseaux sociaux.

Si vous vous concentrez sur le résultat, vous ne serrez jamais heureux et fier de votre travail. Il vous en faudra toujours plus.

Au lieu de ça, concentrez-vous sur votre travail en lui-même et pas sur le résultat de votre travail.

Si vous êtes alpiniste et que vous vous concentrez sur la pratique de votre passion en elle-même plutôt que sur le résultat, ce qui vous passionnera sera de marcher en forêt. Ce qui vous passionnera sera de trouver de nouvelles voies pour arriver au sommet. Ce qui vous passionnera sera de faire découvrir votre passion à d’autres personnes. Même si vous gravissez 15 fois par an la même montagne, vous ressentirez toujours le même plaisir. Vous n’aurez pas besoin que tout le monde vous applaudisse pour être heureux.

Pour un artiste, c’est la même chose. Si vous vous focalisez sur le résultat et essayez d’impressionner les autres, vous ne serrez jamais heureux.

Si votre objectif est d’être célèbre, de gagner beaucoup d’argent ou d’avoir des dizaines de « likes » sur les réseaux sociaux, vous ne serrez jamais heureux. Il vous en faudra toujours plus et le jour ou vous aurez tout ça, vous ne serez toujours pas heureux.

En tant que photographe, vous devez aimer le fait de prendre des photos en non pas aimer le fait que tout le monde aime vos photos.

Chaque jour, essayez de vous améliorer. Essayez d’être meilleur que ce que vous étiez la veille, et n’essayez pas d’être meilleur que les autres. Oubliez-les !

Tombez amoureux de votre travail. Comparez-vous à vous-même, pas aux autres

Si vous vous concentrez sur votre travail, que vous tombez amoureux de la pratique en elle-même et que vous arrêtez d’écouter les commentaires des gens au sujet de votre travail, vous n’aurez plus peur d’être original. Vous n’aurez plus peur que votre travail soit jugé.

Vous retrouverez la créativité que vous avez perdu et la passion qui va avec.

Vous avez aimé ? Dites-le moi ou partagez avec vos proches. Pensez également à vous abonner à la newsletter pour recevoir les prochains articles.

Les membres Premium peuvent discuter de cet article sur le forum de la communauté Premium.