Vous vivrez 500 ans, à moins que vous ne mourriez demain

Dans le chapitre 21 de son Manuel, Epictète nous suggère de nous rappeler chaque jour que nous sommes des êtres mortels et qu’un jour où l’autre nous mourront :

Que la mort, l’exil et tout ce qui paraît effrayant soient sous tes yeux chaque jour. Rappelle-toi chaque jour que tu es un être mortel et qu’un jour tu vas mourir. Ainsi, tu n’auras jamais une pensée abjecte, et tu ne désireras rien en excès. — Epictète, Le Manuel, Chapitre 21.

Le problème de ce conseil c’est qu’il est souvent mal interprété : « Si je meurs demain, je dois profiter de ma dernière journée. À quoi bon économiser de l’argent, faire du sport ou manger sainement ? »

Une meilleure façon d’appréhender cette idée est celle-ci : plutôt que de vous imaginer mourir demain et ainsi être tenté de voir la vie à court terme, dites-vous qu’au contraire vous allez vivre plusieurs centaines d’années.

En sachant qu’il vous reste 500 ans à vivre, est-ce que votre vie actuelle vous convient ? Passeriez-vous les 500 prochaines années dans la même situation ? Vous entoureriez-vous des mêmes personnes ? Sachant que vous avez encore tant d’années devant vous, n’essayeriez-vous pas de vous lancer dans des projets plus ambitieux que ceux dans lesquels vous êtes engagé aujourd’hui ?

Imaginer qu’il vous reste encore 500 ans à vivre vous aidera à adopter une vision à long terme. Mais attention, ça ne veut pas dire que vous êtes immortel. Vous vivrez plusieurs centaines d’années, à moins que vous ne mourriez demain d’un accident.

Alors, adoptez une vision à long terme, lancez-vous dans des projets ambitieux, faites attention à votre corps, à votre environnement, à vos proches, comme s’il vous restait 500 ans à vivre. Mais profitez des petits bonheurs quotidiens que la vie vous offre comme si vous alliez mourir demain.

Copy link
Powered by Social Snap