Aller au contenu

Comment regarder plus intensément ?

Si vous voulez améliorer vos photos, vous devez apprendre à regarder les choses plus intensément — vos sujets, le monde qui vous entoure, et tout ce qui attire votre regard.

Lorsqu’il découvre un sujet qui attire son regard, comme un nuage teinté de rose qui se détache sur un ciel orangé au moment du coucher du soleil, la première chose que fait Joel Meyerowitz, c’est de s’arrêter. Il reste immobile et observe son sujet :

« The poetics of the moment cause me to stand very still and watch the trio of colors slowly dissolve into a colorless wash of grays and blacks. It’s good training to observe something change right in front of my eyes. The long slow phase of one mutation into another. »

(Traduction : La poésie du moment me fait rester immobile et regarder le trio de couleurs se dissoudre lentement jusqu’à devenir un mélange incolore de gris et de noirs. C’est un bon entraînement d’observer quelque chose changer sous mes yeux. La longue et lente transformation d’une chose en une autre.)

Ce calme et cette immobilité lui permettent de se concentrer sur son sujet. Il s’arrête et il regarde son sujet. Il ne fait que cela ; il ne voit que lui.

Mais, ce n’est pas encore suffisant, et pour être plus présent, plus concentré sur son sujet, il cherche à le décrire avec précision :

« I always find it fruitful to search my mind for precise names of the colors that I see. The more precise I am the more I sensitize myself to where I am, and what is actually happening right then. »

(Traduction : Je trouve toujours intéressant de chercher dans mon esprit les noms précis des couleurs que je vois. Plus je suis précis, plus je me sensibilise à l’endroit où je suis et à ce qui se passe réellement à ce moment-là.)

Vous pouvez décrire mentalement les couleurs, la texture, la forme, les émotions ou les sentiments que vous ressentez devant un sujet, peu importe. Ce qui est important, c’est de se rapprocher de votre sujet. Pas obligatoirement physiquement, mais surtout mentalement. D’en découvrir les détails ; d’en comprendre le sens ; d’en voir la beauté.

Imaginez-vous en train d’absorber votre sujet. Comme si vous buviez votre sujet — vous le ressentez intérieurement.

« Stillness and taking in are two states of being that have always nourished me, particularly in the countryside where the tempo of life supports that kind of tuning in. »

(Traduction : L’immobilité et l’absorption sont deux états qui m’ont toujours nourri, en particulier à la campagne où le rythme de la vie encourage ce genre d’écoute.)

Je suis d’accord avec Joel, cet exercice est plus facile à réaliser dans la nature. Quand tout est lent, ralentir nous parait naturel. Pourtant, c’est au contraire dans la rue, là où tout va très vite, que je le trouve le plus utile.

Lorsque votre regard est attiré par quelque chose, arrêtez-vous quelques instants et prenez le temps de l’observer avec intensité. Rapprochez-vous de votre sujet. Décrivez-le mentalement. Qu’est-ce qui a attiré votre regard ? Qu’est-ce qui vous plait ? Est-ce la lumière ? La forme ? La texture ? La couleur ? Un détail ?

Idem avec les humains : repérez un passage piéton, au niveau d’un feu rouge, à un endroit très passant, et arrêtez-vous là. Restez immobile et regardez les gens autour de vous. Repérez un sujet intéressant et concentrez-vous sur lui. Qu’est-ce qui a attiré votre regard ? Qu’est-ce qui vous plait chez cette personne ? Est-ce la lumière ? Sa silhouette ? Ses vêtements ? Un détail ?

C’est ainsi que j’ai pris la photo suivante, lors d’un de mes workshops organisé à Bruxelles :

Cette jeune fille a attiré mon regard, et en la regardant attentivement, j’ai compris que c’était la façon si délicate dont elle avait attaché ses cheveux qui me plaisait — c’est ce que j’ai photographié.

(Joel Meyerowitz est l’un de mes photographes préférés. En 2015, il a créé un blog et y a publié une photo par jour pendant un an. En le découvrant, je me suis souvenu des mots de Sénèque, le philosophe stoïcien : « Tu dois choisir un nombre limité de maitres-penseurs, et te nourrir de leur génie, si tu veux en tirer des idées qui resteront ancrées dans ton esprit. ». J’ai alors décidé de lire l’intégralité du blog de Joel Meyerowitz, en prenant mon temps, et de partager avec vous toutes les idées que cette lecture pourrait faire naitre dans mon esprit. C’est ainsi qu’est né le projet « A second time around the sun », dont l’article que vous venez de lire fait partie. L’intégralité du projet est à découvrir ici : a second time around the sun)

— Nicolas Croce

Pour ne pas rater les prochains articles, pensez à vous abonner au blog.

En vous abonnant, je vous aiderai à travailler plus efficacement, vous épanouir dans votre pratique, mener à bien vos projets les plus ambitieux, et à long terme, trouver le succès et vivre de votre passion.

Aucun spam — Désinscription en un clic — Vos informations personnelles ne seront jamais communiquées à qui que ce soit.

« La plus belle newsletter jamais reçue. » — Brigitte
« Vos mails font beaucoup de bien, merci ! » — Angélique
« Depuis des années je le dis avec conviction, vous êtes vraiment le meilleur ! » — Francine
« Merci pour tes conseils quotidiens plein de pertinence. » — Jasmine
« Merci pour tout ce que vous m’apportez au travers de vos mots. » — Isa