Cet article fait partie de la série Débuter en photographie
Temps de lecture : 6 minutes

Je suis tombé tout à l’heure sur une vidéo très intéressante, et encore plus particulièrement si vous débutez en photographie. Elle a été réalisée par Saar Oz (18 ans) du studio Creative, et reprend les paroles d’Ira Glass @iraglass.

Je vous laisse regarder, on en discute après :

The Gap – Ira Glass – Traduction en français

Comme je vous l’ai dit plus haut, cette vidéo reprend les paroles d’Ira Glass. Depuis 2009, ou elles ont été prononcées, ces paroles ont largement été reprises dans la sphère des créatifs sur internet. Ce passage est appelé « The Gap ».

Pour les moins anglophones d’entre vous, voici une petite traduction, certainement un peu approximative, vous ne m’en voudrez pas !

Personne ne dit ça aux débutants, et j’aurais aimé qu’on me le dise. Nous tous qui réalisons des travaux créatifs, nous faisons cela parce que nous avons du gout. Mais il y a ce fossé.

Au cours des quelques premières années, ce que nous créons n’est vraiment pas terrible. Notre travail essaye d’être bon, il a du potentiel, mais il n’est pas bon.

Mais votre bon gout, lui qui vous à poussé à entrer dans le jeu, reste toujours aussi bon. Et ce bon gout est également la raison pour laquelle votre travail vous déçoit.

Beaucoup de personnes ne passent jamais cette étape, ils abandonnent. La plupart des personnes que je connais, et qui aujourd’hui font un travail intéressant et créatif, sont passé par cette étape, et ont mis des années à la passer.

Nous savons que notre travail n’a pas ce petit truc spécial que nous aimerions qu’il ait. Nous passons tous par là.

Et si vous débutez à peine, ou si vous êtes toujours dans cette phase, vous devez savoir que c’est normal, et la chose la plus importante que vous pouvez faire c’est travailler et réaliser beaucoup de projets.

Donnez-vous des objectifs, obligez-vous à travailler, pour que chaque semaine vous finissiez une nouvelle histoire (NDLR : Ira Glass était interviewé au sujet de Story Telling, mais vous pouvez remplacer « histoire » par « projet photo »).

C’est seulement en réalisant un grand volume de travail que vous arriverez à combler le fossé, et votre travail sera alors aussi bon que vos ambitions. Et il m’a fallut beaucoup plus de temps pour réaliser cela que quiconque j’ai rencontré.

Ça vous prendra du temps. C’est normal qu’il vous faille du temps. Vous devez juste vous battre pour tracer votre route à travers cette étape difficile.

Tout le monde passe par une étape de doute

Si je publie cette vidéo ici, inutile de vous dire que c’est parce que je suis totalement d’accord avec ce que dit Ira Glass.

Je suis moi même passé par cette étape de doute. Mais aujourd’hui ça va mieux.

Je ne veux pas dire qu’aujourd’hui mon travail est parfait. Loin de là ! Il me reste beaucoup à apprendre. Mais aujourd’hui, mon travail commence à ressembler à ce que j’ai dans la tête.

Lorsqu’on prend une photo, on visualise toujours le résultat final dans sa tête. Et lorsqu’on débute, ce résultat est souvent très loin de ce qu’on avait dans la tête.

Je me souviens encore de toutes ces déceptions :

  • une image floue, alors que le paysage était magnifique
  • un objet qu’on avait pas vu, et qui vient gâcher la photo
  • l’exposition qui est ratée, et le ciel si beau est complètement blanc
  • etc.

Je pourrais continuer pendant des heures !

Une fois qu’on arrive à peu près à maitriser la technique « brute », de nouveaux problèmes surviennent : comment retranscrire une atmosphère ? Comment exprimer des sentiments à travers mes images ? Comment susciter l’intérêt et la curiosité des gens qui regardent mes images ?

Et un jour, à force de travail, et sans même y faire attention, on s’aperçoit qu’on y arrive enfin. Que nos images sont enfin intéressantes.

Oui, nos photos nous plaisent enfin.

La preuve en images

J’ai eu le parfait exemple de cette progression en revenant de Stockholm il y a quelques jours.

J’étais déjà parti à Stockholm en 2009, soit il y a 5 ans. A l’époque, je commençais à peine à m’intéresser à la photo.

J’étais équipé d’un petit compact Sony (DSC-W200 dès fois que vous vous souveniez de à quoi il ressemble !).

Je me souviens d’avoir été émerveillé par les paysages et les couleurs de Stockholm, avec cette lumière rasante, la nuit qui tombe aux alentours de 15h, toutes ces bougies que les gens allument à leurs fenêtres. Je me souviens d’avoir adoré les couleurs de Gamla Stan (la vielle ville).

Mais ce dont je me souviens encore plus, c’est ma déception lors de mon retour en France. Mes photos ne communiquaient en rien l’atmosphère de Stockholm. Et en voici quelques exemples, pas vraiment glorieux, mais elle font parties de mes plus jolies photos de l’époque !

2_00001_blog_photo-3

3_00001_blog_photo-4

C’est cette déception qui m’a poussé à apprendre la photographie. Depuis 5 ans, je pratique la photo aussi souvent que possible.

Et après 5 ans, voici le résultat : La même ville, Stockholm. Le même quartier, Gamla Stan.

4_00001_blog_photo-3

Stockholm

6_00003_blog_photo-2

Tout ça pour vous montrer que personne ne nait avec un don et sait dès le premier instant prendre des photos intéressantes.

Il faut du travail.

Il faut de la persévérance.

Mais TOUT LE MONDE peut y arriver.

Oui, oui, même vous qui n’avez pas confiance en vous, là-bas, au fond de la classe !

Je vous assure que vous pouvez y arriver !

A vous de jouer

Maintenant que vous avez compris que tout ce que vous avez à faire pour progresser, c’est pratiquer, tout ce qu’il vous manque c’est un peu de motivation et d’aide.

Mais pour ça, je peux vous aider :

  1. Prenez la même résolution que moi cette année : publiez au moins une photo chaque jour sur internet. Ça vous obligera à prendre plus de photos, et vous gardera motivé.
  2. Si vous avez un problème, et que vous vous sentez bloqué, n’hésitez pas à me demander des conseils. Le plus simple, c’est Twitter ou ma page Facebook.
  3. Abonnez-vous à ma newsletter. Vous recevrez régulièrement des conseils pour progresser, et recevoir mes emails vous rappellera qu’il faut vous bouger, et prendre plus de photos !
  4. Pour rester motivé, rien de mieux que de trouver des amis qui ont la même motivation que vous. N’hésitez pas à partager cet article, ou leur envoyer le lien vers cette page, pour finir de les décider à vous suivre !
  5. Et enfin, voici une petite infographie trouvée sur Pinterest, qui reprend les mots d’Ira Glass. Vous pouvez l’imprimer, ou la mettre en fond d’écran. Elle aussi vous rappellera que si vous voulez progresser en photographie, vous devez vous bouger, et surtout, ne jamais vous décourager.

Si vous aimez la photographie. Si vous avez un message à transmettre à travers votre travail artistique. Si vous voulez partager vos émotions : continuez à vous entrainer.

Même si vous avez l’impression que votre travail n’est pas à la hauteur, ne baissez jamais les bras. Vous allez y arriver !

infographie_Nobody_Tells_This_To_Beginners_ Ira_Glass

Cet article fait partie de la série Débuter en photographieArticle précédent : Le réglage de compensation d’expositionArticle suivant : Il n’y a qu’une seule façon de progresser en photographie

Vous avez aimé ? Dites-le moi ou partagez avec vos proches. Pensez également à vous abonner à la newsletter pour recevoir les prochains articles.

Les membres Premium peuvent discuter de cet article sur le forum de la communauté Premium.