Rien ne t’appartient définitivement — Le Manuel d’Épictète – Chapitre 11

Ne dis jamais de quoi que ce soit « Je l’ai perdu » mais plutôt « Je l’ai rendu ».

Est-ce que l’un de tes enfants est mort ? Non, tu l’as rendu. Ta femme est morte ? Non, tu l’as rendue. « Mon bien m’a été ravi. » Non, lui aussi a été rendu.

« Mais la personne qui l’a pris était un voleur. »

Pourquoi te préoccuper du moyen qu’a utilisé celui qui te l’avait donné pour te le reprendre ? Tant qu’il te le laisse, jouis-en comme de quelque chose dont tu ne profiteras qu’un temps — comme un voyageur profite d’un hôtel.

(Le Manuel d’Épictète est un guide qui résume l’enseignement du philosophe stoïcien Épictète. Depuis que je l’ai découvert il y a quelques années, Le Manuel m’a beaucoup aidé et continue à le faire. Je suis certain que beaucoup de mes lecteurs pourraient profiter de ces enseignements, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de publier régulièrement des chapitres de cet ouvrage. A tout moment, vous pouvez retrouver les chapitres déjà publiés sur la page suivante : Le Manuel d’Épictète)

Copy link
Powered by Social Snap